AFF

 

Rechercher




Accueil > A la une

Ingénieur d’exploitation d’instrument scientifique (H/F)

par elodie -

Informations générales

Durée du contrat : Contrat de 12 mois, renouvelable en attendant la création d’un poste permanent.

Date d’embauche prévue : 01/02/2023

Rémunération indicative  : Selon expérience entre 2213 € et 2813 € bruts mensuels, avant prélèvement de l’impôt à la source, soit entre 1779 € et 2261 € nets, avant prélèvement de l’impôt à la source.

Merci de postuler en ligne : Portail Emploi du CNRS

Localisation du poste : LNCMI, Grenoble (38)

 

Présentation générale

Au sein du LNCMI Grenoble (Laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses), TGIR (Très Grande Infrastructure de Recherche) du CNRS, l’ingénieur d’exploitation d’instrument assurera au sein d’une équipe les tests de mise en service, les réglages et l’exploitation de l’instrument "Aimant Hybride 43 T".

 

Activités

Dans un premier temps pour la mise en service de l’instrument :

- Participer à la mise en service initiale et aux essais de qualification de l’instrument.
- Participer à la rédaction d’un document de retour d’expérience REX suite aux opérations de mise en service réalisées qui servira de base à l’amélioration du fonctionnement de l’instrument prévue pour une durée de 10 à 15 ans.

  

Par la suite, une fois l’instrument en exploitation :

- Effectuer le démarrage quotidien de l’instrument, former et assister les utilisateurs, donner un avis technique sur les réalisations d’expériences.
- Procéder aux réglages et adaptations de l’instrument en fonction des besoins en collaboration avec les équipes scientifiques et techniques du laboratoire.
- Rédiger des procédures pour l’opération de l’instrument.
- Surveiller le bon fonctionnement de l’instrument et des diverses installations connexes nécessaires à son fonctionnement (liquéfacteur d’hélium, pompes, convertisseur de puissance électrique, système de contrôle-commande industriel, etc.) et procéder aux contrôles appropriés.
- Détecter les dysfonctionnements, diagnostiquer les pannes et préconiser le type d’intervention à effectuer ainsi que le choix des intervenants les mieux adaptés.
- Proposer les améliorations ou modifications nécessaires afin d’améliorer le fonctionnement de l’instrument.
- Gérer le planning d’utilisation et de maintenance de l’équipement.
- Effectuer les opérations courantes de surveillance, d’entretien, de maintenance préventive et curative des différents sous-ensembles de l’instrument.
- Organiser, gérer et coordonner les opérations de maintenance annuelles avec les prestataires internes ou externes.
- Gérer l’approvisionnement et les stocks de pièces détachées et de consommables liés à l’instrument.
- Gérer les contacts et relations avec les fournisseurs pour les approvisionnements et prestations usuels.
- Assurer l’application des règles de sécurité spécifiques de l’instrument en cryogénie, électricité, champ magnétique, etc.

  

Profil

- Connaissances générales et, ou compétences pratiques en Génie des procédés (contrôle-commande, régulation, automatismes, instrumentation) ou en Génie thermique (échanges thermiques, mécanique des fluides, thermodynamique) ou en Techniques du froid (froid industriel, climatisation) ou en Opération et maintenance de systèmes industriels.

- Des connaissances et/ou compétences dans les techniques spécifiques de l’instrument (cryogénie, vide, supraconductivité, contrôle-commande) serait un plus très apprécié.

- Savoir établir un diagnostic et résoudre des problèmes.

- Sens de l’organisation du travail et capacité de gestion des priorités.

- Capacité à travailler en équipe et/ou en complète autonomie.

- Langue anglaise : compréhension et expression orale et écrite de niveau B1/B2 pour pouvoir lire et comprendre les notices d’utilisation de certains équipements ou communiquer avec les utilisateurs étrangers du LNCMI. 

Diplôme demandé : à partir du niveau 6 (Licence, Licence professionnelle, Maitrise, BUT) et jusqu’au niveau 7 (Master, DEA, DESS, Ingénieur).

Des formations complémentaires sur les techniques spécifiques de l’instrument (cryogénie, vide, supraconductivité) pourront être dispensées une fois en poste.

 

Contraintes et risques

Le fonctionnement du LNCMI (7 jours sur 7, 20h sur 24) peut ponctuellement nécessiter des interventions en dehors des heures normales de travail qui sont compensées en temps de repos.

La mission peut demander des interventions ponctuelles dans des zones avec champ magnétique. Cela exclut les candidatures de personnes qui ne sont pas autorisées pour une telle activité (porteurs d’implants médicaux actifs ou passifs).

 

 

Contexte de travail

Le LNCMI est un laboratoire du CNRS localisé sur deux sites : Toulouse et Grenoble. Le LNCMI offre à ses utilisateurs, tant internes qu’externes, la possibilité de réaliser des expériences sous très hauts champs magnétiques. Le poste est à pourvoir à Grenoble.

Le LNCMI, sur son site de Grenoble, est sur le point de mettre en service un nouveau grand instrument scientifique appelé "Aimant Hybride" qui alliera le fonctionnement de plusieurs électro-aimants résistifs à un électro-aimant supraconducteur afin de proposer à la communauté scientifique une plateforme expérimentale pouvant fournir un champ magnétique allant jusqu’à 43 Tesla.

L’Aimant Hybride est un instrument de 52 tonnes (dont 24 tonnes refroidies à 1,8 K à l’hélium liquide). L’aimant supraconducteur est alimenté par un convertisseur de 7500 A, les aimants résistifs sont alimentés par un convertisseur de 60000 A. Un liquéfacteur d’hélium de 150 l/h de production est dédié au fonctionnement de l’aimant supraconducteur.

L’ensemble des processus est géré par des systèmes de contrôle-commande industriels dédiés dont les paramètres de fonctionnement devront être ajustés lors de la mise en service de l’équipement et durant tout le suivi de l’exploitation d’une durée prévue de 10 à 15 ans. Plusieurs centaines de capteurs et d’organes actifs sont gérés par les différents systèmes de contrôle commande.

L’ingénieur d’exploitation d’instrument sera intégré-e à l’équipe en charge de la mise en service de l’instrument et de son exploitation. Il ou elle interagira également avec les autres équipes techniques et scientifiques de l’unité.

 

Travailler au CNRS LNCMI, c’est pouvoir bénéficier des prestations suivantes :

- restauration collective subventionnée
- prise en charge partielle des abonnements de transport en commun
- forfait mobilité durable (sous conditions)
- offres culturelles et loisirs via le Comité d’Actions et d’Entraide Sociale
- durée de travail hebdomadaire à temps complet : 38h30
- 45 jours de congés annuels, RTT inclus, pour une quotité de travail à temps complet
- prêt d’un ordinateur portable et téléphone mobile

  

Merci de déposer votre candidature en ligne :
Portail emploi du CNRS